Tourisme à Haïti

Haïti n’est peut-être pas la première nation des Caraïbes que l’on souhaite associer avec le tourisme. Instabilité politique et catastrophes naturelles sont malheureusement les premières images qui viennent à l’esprit. Néanmoins, les responsables haïtiens voient dans ce secteur un moyen important de stimuler l’économie de celle que l’on surnommait autrefois la « perle des Antilles
Haïti, qui était une destination pour la jet-set voyait débarquer beaucoup de touristes dans les années 1970 et au début des années 80, on sait également que Hillary et Bill Clinton y ont passé leur lune de miel, mais la dictature brutale de François « Papa Doc » Duvalier et son fils Jean-Claude « Baby Doc » a radicalement terni l’image du pays.
La violence politique, l’instabilité et les catastrophes naturelles comme le séisme de 2010 qui a tué 200.000 personnes et laissé 1,5 million de personnes vivant dans des tentes ont en outre dissuadé les touristes potentiels great site.

Mais maintenant que Haïti est en pleine reconstruction, le gouvernement est déterminé à rebaptiser l’image du pays en soutenant sa croissance économique, grâce notamment au tourisme, espérant que son environnement naturel attrayant, son riche passé historique, sa littérature ou sa gastronomie attireront des visiteurs et donneront l’impulsion nécessaire afin obtenir le retour de la nation sur ses pieds.
C’est dans cet esprit que le Ministère du Tourisme d’Haïti, représenté par la dynamique Stephanie Villedrouin, vient de dévoiler sa première campagne de promotion. L’annonce est une tentative pour Haïti de relancer une industrie au point mort et attirer les visiteurs (et leurs devises) vers ce que la publicité intitule « l’âme de la Caraïbe ». La vidéo promotionnelle est en créole avec sous-titres anglais.

Pour accompagner le lancement de cette opération séduction, de réels efforts ont été fournis, comme la construction d’aéroports, d’hôtels ou l’ouverture d’une école hôtelière, parmi d’autres initiatives. Cependant, pour de nombreux Haïtiens, des investissements dans des infrastructures physiques et sociales comme de nouvelles routes, des bâtiments scolaires, les services de santé publique ou de développement de la main-d’œuvre (au-delà des instituts de formation touristique) peuvent aller beaucoup plus loin dans le renforcement de leurs réalités quotidiennes et les sceptiques craignent que trop mettre l’accent sur l’industrie du voyage mène à des prestations minimales pour les habitants.

Voilà pourquoi il sera important de s’assurer que l’argent généré par le tourisme reste réellement sur ​​l’île et ne soit pas redirigé vers les conglomérats étrangers, à l’image ce qui a été fait avec les dons.
Une sincère volonté d’améliorer les conditions de vie de la population, de solidifier l’économie locale tout en renforçant l’attrait touristique d’Haïti à travers le monde, dira beaucoup sur l’attachement de l’État haïtien à la reconstruction de son image et de celle de la nation haïtienne.

Via : culturecreole.com

Laisser un commentaire